Lifestyle

Route de la soie : voyagez au cœur de l’Ouzbékistan

C7n76ny8qtqlf9knatkd

La route de la soie en Ouzbékistan est un ensemble de chaînes de montagnes vertigineuses, des déserts sans fin et des villes anciennes aux architectures merveilleuses. La visite au cœur de la route de la soie vous montre le meilleur des richesses culturelles et naturelles de ce pays. Vous allez y découvrir Samarcande qui inspire des poètes de renommée mondiale, explorer la ville sainte de Boukhara et admirer les dunes ondulantes du désert de Kyzyl Kum. En chemin, immergez-vous dans des traditions séculaires avec des repas, de la danse et des rencontres avec les habitants. Vous séjournerez dans des hôtels confortables tout au long de votre voyage. Vous allez profiter du temps libre pour votre propre exploration de ce qui est considéré aujourd’hui comme la merveille historique de l’Asie centrale.

 

Qu’est-ce que la route de la soie ?

Il n’y a pas vraiment de route de la soie unique, mais plutôt une série de routes qui traversaient l’Asie centrale vers l’Europe et qui étaient considérées comme la première grande autoroute commerciale au monde. Elle a reçu cette appellation en 1877 de la part d’un géographe allemand du nom de Ferdinand Von Richthofen.

Cette route n’était pas seulement utilisée pour le commerce de la soie très convoitée de l’Orient, mais aussi pour de nombreux autres produits précieux tels que la porcelaine et le papier (toujours célèbre à Samarcande). Par ailleurs, lorsque les commerçants effectuaient un voyage d’ouest en est, ils apportaient de la laine, des fruits exotiques et des noix et, bien sûr, du vin.

Ce n’est que lorsque les Européens ont commencé à explorer de nouvelles routes commerciales par voie maritime, à partir du XIIIe siècle, que la Route de la Soie a commencé à perdre de sa popularité. Le pouvoir commercial de l’Ouzbékistan s’est affaibli, tout comme son pouvoir politique. Au début du XVIe siècle, le tristement célèbre empire Timouride du pays s’est effondré et le pays a été divisé en khanats. Les combats entre ces khanats ont rendu le pays vulnérable, et ont favorisé l’intervention des Russes en 1865. Le commerce international n’était pas un gros problème pour les Russes, et la conversion de la soie au régime soviétique a donc affecté le rayonnement mondial de cette route commerciale majeure en Ouzbékistan.

 

Route de la Soie : comment pouvez-vous la visiter aujourd’hui ?

Vous pouvez vous rendre dans les villes et régions importantes de la route de la soie d’Ouzbékistan. Ceci au cours d’une visite en petit groupe ou d’un voyage planifié avec un guide expert et un chauffeur. Il vous faudra quelque 8 jours pour faire tout le parcours. Un voyage de cette durée donne le temps de découvrir les anciennes merveilles architecturales de Samarcande et de Boukhara ainsi que le désert de Kyzyl Kum. Vous pouvez séjourner dans un camp de yourte traditionnel ou faire une randonnée à dos de chameau, comme l’auraient fait les vrais marchands de la route de la soie.

Un voyage de deux semaines pour visiter les villes de la route de la soie vous emmènera également au Turkménistan, avec une visite d’autres points importants tels que Merv, une série de villes fortifiées qui témoignent leur passage dans le temps.

Ce voyage vous emmène sur un circuit merveilleux, commençant à Tachkent en Ouzbékistan, explorant les points forts de la route de la soie du pays, le Turkménistan, et de retour dans le nord de l’Ouzbékistan pour visiter Khiva. C’est un endroit où vous vous sentirez comme si vous étiez de retour dans les temps anciens, en entrant dans la vieille ville non touristique d’Ichan Qala, avec un large éventail de mosquées, de mausolées et de minarets.

Pour explorer la route de la soie, vous pouvez également voyager avec un train de luxe, sur un charter privé qui vous emmène de Tachkent en Ouzbékistan, à travers le Turkménistan, puis terminer votre séjour soyeux à Téhéran, en Iran. C’est à peu près l’essentiel de ce que vous avez pour explorer cette route historique. Cela vous donne le temps de descendre et d’explorer chaque ville importante le long du chemin.

 

Les atouts et les aléas d’un voyage sur la route de la soie en Ouzbékistan

La route de la soie traverse de nombreux pays et sites merveilleux. Le Kirghizistan est connu pour ses paysages montagneux magnifiques et sa culture nomade, le Tadjikistan pour le Pamir sauvage et le Turkménistan pour sa capitale excentrique. L’Ouzbékistan est connu pour sa superbe architecture islamique, et c’est vraiment le point culminant de votre voyage sur ces terres. Les sites de Samarcande, Boukhara et Khiva sont vraiment de classe mondiale et certainement une raison suffisante pour faire une visite spéciale.

Toutefois, il faut aussi relever que les routes d’Asie centrale sont très mauvaises. Ainsi, le déplacement entre les endroits en minibus ou en voiture privée peut être un peu infernal, même si votre chauffeur sera très habile à contourner les nids-de-poule. Vous serez soumis au respect d’un horaire, car les longs trajets routiers sont pris en compte par les agences de tourisme. Les routes sont cahoteuses et inconfortables. Il est donc préférable de rester calme et d’être patient au cours des déplacements.

 

La période idéale pour se rendre en Ouzbékistan

L’Ouzbékistan est un pays des extrêmes. Il fait extrêmement chaud en juillet et en août, avec des températures qui dépassent largement les 30 °C et même les 40 °C, surtout dans les régions désertiques du Nord.

Pour plusieurs personnes, la période comprise de fin septembre à octobre est le meilleur moment pour visiter l’Ouzbékistan. En effet, les températures sont plus fraîches. Il n’y a pas trop de précipitations, ce qui est plutôt convenable pour faire du tourisme. C’est aussi le temps des récoltes, donc les marchés regorgent de fruits et le vin coule à flots.

Il fait très froid de novembre à mars, et les sites culturels sont dépourvus de touristes. Le ciel aussi est dégagé à cette période, ce qui en fait un moment merveilleux pour la photographie, et des vols moins chers. Janvier et février sont les mois les plus froids, avec des températures descendant sous la barre de zéro, bien que rarement à Tachkent.

En plein été, la terre est desséchée, il n’y a donc pas grand-chose à voir dans la campagne et les températures dépassent largement les 30 °C. Ce n’est pas le meilleur moment pour visiter l’Ouzbékistan, car c’est désagréable quand on s’y promène. Les gens n’ont pas envie de prendre leur temps pour admirer les monuments.

Pour que vous vous sentiez à l’aise avec la température et que vous puissiez profiter d’un spectacle visuel de fleurs sauvages, d’or et de vert foncé à travers le paysage luxuriant ouzbek, planifiez votre voyage pour avril et mai. Vous pouvez aussi attendre l’automne.

 

Conclusion

Après l’expansion du commerce maritime puis aérien à travers le monde, la route de la soie est progressivement tombée en désuétude. Les pays et les cultures d’Asie centrale ont langui pendant des décennies sous la domination soviétique, presque perdus pour les voyageurs et les ondulations du commerce international.

L’Ouzbékistan abrite certains des plus impressionnants sites inspirants de la Route de la Soie. Ces dernières années, l’Asie centrale a commencé à rouvrir ses portes à une nouvelle race de voyageurs désireux de redécouvrir la beauté perdue de la route de la soie. La plupart des principaux sites touristiques de la route de la soie se trouvent en Ouzbékistan, qui servait de carrefour central pour les commerçants et les voyageurs empruntant les routes entre l’Extrême-Orient et l’Europe, la Perse et l’Afrique du Nord.